Saturday, November 03, 2007

Résumons-nous.

Les Lumières du XVIIIème siècle occidental ont promu, de façon inséparable, les libertés fondamentales et l'économie de marché.
De par keurs conditions d'émergence, ces acquis étaient très loin d'avoir d'emblée une portée universelle: c'est leur principale limite. Elles concernaient d'abord les propriétaires, mâles, blancs; en étaient exclus avant tout les esclaves et les "Indiens d'Amérique", mais aussi les femmes, et les domestiques...
Le mouvement ouvrier et les communistes du XIXème siècle ont fait la critique de ces acquis, en ont souligné les limites (mais aussi salué les apports):
- d'une part l'idéal affiché n'est pas réalisé pour tous (où sont l'égalité et la fraternité ? où est l'universalité ?);
- d'autre part le cours même de l'économie de marché pilotée par des propriétaires capitalistes conduit à l'autodestruction des principes: la concentration fait que la liberté d'entreprendre et la concurrence sont confisquées entre les mains d'une classe sociale de plus en plus réduite.
La perspective raisonnable était dès lors de pousser jusqu'au bout la logique du capitalisme lui-même: puisqu'il s'autodétruit, donnons le coup d'épaule fatal: révolution socialiste, expropriation des possédants, dictature du prolétariat, plan central d'Etat... Allons, du balai, que l'avenir radieux se mette en place.
Si nous considérons les choses avec notre expérience du passé, et si nous nous retournons vers l'événement dont nous allons fêter le 90 ème anniversaire ces jours-ci, nous .devons reconnaître que la critique était juste, mais la perspective fausse.
(à suivre)


9 Comments:

Blogger tirui said...

c'est gentil de résumer pour ceux qui comprennent rien (comme moi et nevrosia, par exemple, même si elle fait semblant que) :-D

on gagne quoi si on a deviné qu'il s'agit de la Révolution d'Octobre dont on va fêter le 90e aniversaire ?

4/11/07  
Anonymous melchior said...

@ Tirui
Le droit de lire la suite.
Jusqu'à quel point est-il vrai que tu ne comprends pas ? Un mien prof de maths, au XXème siècle, nous disait plusieurs fois par heure: "C'est tout de même pas sorcier !" en passant son doigt sur sa moustache. Jusqu'au bac on a cru qu'il allait s'enfoncer le doigt dans le nez, mais non...La vie lycéenne est une longue déception.

4/11/07  
Anonymous melchior said...

@ Tirui
Le droit de lire la suite.
Jusqu'à quel point est-il vrai que tu ne comprends pas ? Un mien prof de maths, au XXème siècle, nous disait plusieurs fois par heure: "C'est tout de même pas sorcier !" en passant son doigt sur sa moustache. Jusqu'au bac on a cru qu'il allait s'enfoncer le doigt dans le nez, mais non...La vie lycéenne est une longue déception.

4/11/07  
Anonymous melchior said...

@ Tirui
Comment tu fais pour effacer un comm' en trop ?

4/11/07  
Blogger Bellzouzou said...

tu attends la chtite poubelle (des fois elle vient, des fois elle vient pas)
rien à dire sur le reste, mais c'est pas parce que j'ai rien compris, hum.

4/11/07  
Anonymous melchior said...

@ Bellzouzou
Eh ben elle vient pas. Et puis, pour une fois que j'ai des commentaires...

5/11/07  
Blogger Nevrosia said...

Pu...fichtre ! Mais que de culture en un Melchior ! C'est vrai que je faisais semblant, mais maintenant que grâce à notre brillant prof de maths qui a le cervau fait pour ça, lui, eh ben je trouve que c'est drôlement intéressant. J'm'en vais le montrer à JKG qui adore ce genre de trucs pour cerveaux bizarrement faits... :-D

13/11/07  
Anonymous Anonymous said...

Bien sûr que c'est intéressant... j'avoue avoir déjà lu ces posts avant même que ma somptueuse épouse me passe le clavier...

Moi qui adore ça, je peux juste ajouter un peu à la confusion en disant que c'est la même chose pour la démocratie, cette belle invention des grecs réservée aux hommes et interdite aux femmes, aux esclaves et aux métèques...

Mais en disant cela ne mets-je pas le doigt là où le "libéralisme" lato sensu fait mal : il ne donne pas à chacun la "liberté" (d'entreprendre, de faire du profit), car celle-ci se heurte immédiatement à la notion de droits (de l'homme) : droit à la vie, à une vie décente, à l'éducation, à la connaissance - ainsi qu'aux devoirs collatéraux (juste équilibre) : contribuer en fonction de ses moyens au financement de la chose commune (en latin, la république)

JKG

14/11/07  
Blogger Melchior Griset-Labûche said...

@ JKG
la liberté d'entreprendre a été pratiquement confisquée par le capitalisme financier: réservée dans la pratique, dans la plupart des secteurs (*), aux possesseurs de gros capitaux; c'est cette confiscation qui se heurte aux droits de la personne humaine. Ce que je vais développer un de ces jours.
Je ne crois pas que le droit au logement, par exemple, soit entravé par la liberté d'entreprendre, mais plutôt par le fait que celle-ci ne peut pas se déployer dans ce secteur (pour diverses raisons, et en particulier par le fait que la régulation par les pouvoirs publics est défaillante).

(*) et là où ce n'est pas le cas, dans les secteurs émergents, les financiers sont en embuscade et prennent le contrôle des entreprises nouvelles profitables...
Mes z'hommages à la somptueuse et à bientôt te lire.

16/11/07  

Post a Comment

<< Home